RÉGION DU NORD-OUEST : les défis de la conservation à Oku

La conservation de la forêt d'Oku à Bamenda sous la menace d'activités humaines dévastatrices.

Oku est une communauté située dans la chaîne des montagnes Kilum/Ijim, Département de Bui, Région du Nord-Ouest. La particularité d'Oku reste cette zone de biodiversité d'un attrait très important; l'un des derniers et plus grands espaces encore existants de forêt de la montagne Kilum/Ijim.  Cette forêt est dotée de très riches espèces végétales et animales endémiques.  Pendant de nombreuses années, les populations autochtones autour de cette chaîne de montagnes ont exploité ses ressources à des fins diverses.

Cependant, les pratiques non durables liées à l'exploitation des ressources naturelles constituent la principale menace à la survie de cette arène unique dans son genre. Au fil des ans, le gouvernement camerounais, à travers le ministère des Forêts et de la Faune et d'autres acteurs du développement comme BirdLife International, le Projet Forêt des hautes terres de Bamenda, a été en mesure de faire recours aux pratiques modernes et autochtones de gestion durable pour préserver la forêt afin de conserver sa particularité. Le riche écosystème de la forêt Kilum/Ijim est principalement montagnardes; les arbres sont de très petites tailles et inaccessibles et donc ne sont d'aucun intérêt pour les exploitants forestiers. La forêt regorge d'un potentiel des produits non ligneux comme le miel, les champignons, les plantes médicinales (Prunus africana, Pittosporum veridiflorum, Agauria salicifolia), les bambous alpins, les épices, les légumes, les herbes, les additifs à base alimentaire et bien d'autres.  Toute la chaine de montagne a été divisée en six concessions forestières communautaires gérées par des Institutions de gestion forestière (IGF).  Cette répartition a permis d'amener les populations locales et autochtones à participer à la gestion des forêts pour leur subsistance.  Avant cette organisation, la forêt était gérée par les communautés locales en fonction des droits des autochtones et des approches mises en œuvre par les autorités traditionnelles. Les populations ont pendant longtemps basé leur subsistance sur les produits forestiers.  Cependant, ces produits et services peuvent ne pas être disponibles si la forêt est détruite. La dégradation de la  forêt due à l'envahissement par les animaux domestiques, l'agriculture, le braconnage et l'exploitation forestière (principalement pour le bois de chauffage) constituent les problèmes majeurs récurrents qui freinent la préservation de cette biodiversité.

L'apiculture a été identifiée par la communauté locale et d'autres acteurs comme une source importante des moyens de subsistance durables pour les populations.  Par le passé, l'écorce du Prunus africana était récoltée à des fins d'exportation pour son utilisation dans l'industrie pharmaceutique en matière de fabrication de médicaments contre le cancer de la prostate.  Malgré tout le savoir-faire technique transféré à la communauté pour une exploitation durable, la quête des intérêts personnels des parties prenantes bénéficiaires a engendré la corruption, le détournement de fonds, et l'exploitation frauduleuse. Les plans de gestion des institutions de gestion forestière (IGF) ont été à plusieurs reprises violés. Les élites, certaines autorités locales et les ONG ont dû intervenir et l'exploitation a été interdite jusqu'à nouvel avis. Actuellement, des ONG locales comme la Société pour la promotion des initiatives de développement durable et de bien-être (SOPISDEW), Cameroon Gender and Environment Watch (CAMGEW) se sont engagées dans l'éducation sur l'environnement, vue comme la voie royale pour pouvoir relever ces défis. Grâce aux subventions du ministère des Forêts et de la Faune, la commune d'Oku ainsi que le Fon de cette localité, ont au cours des trois dernières années été impliqués dans des activités de régénération des forêts.  Certains arbres nuisibles à l'environnement comme l'eucalyptus qui poussent dans la forêt ont été tout simplement abattus par la commune.

Malgré tous ces efforts, les activités humaines permanentes et nuisibles demeurent une menace sérieuse à la conservation des forêts à Oku. Ces activités sont l'exploitation frauduleuse des ressources forestières, la destruction de la forêt pour le bois de chauffage, les feux de brousse et  l'envahissement des parcelles forêt pour créer les plantations agricoles.

Par DEMSE Macarius

Journaliste Communautaire, Radio OKU

Pour Green Alert Network

Octobre 2016

 

Dans l'actualité

Nos Correspondants

NOUS SUIVRE

joomla social share plugin

Nos partenaires

Rapports d'activités

Newsletter

Rester plus près de l'actualité environnementale avec Green Alert Network!

Nos Journées Mondiales

décembre

  • 05 décembre : Journée mondiale des sols
  • 11 décembre : Journée internationale de la Montagne

ONG News

No result...

     RADIOS PARTENAIRES MEMBRES DE GREEN ALERT