REGION DE L’ADAMAOUA-- risques de pollution environnementale

La zone réservée à l’abatage des animaux situé au quartier Baladji 2, dans la cité capitale de la région de l’Adamaoua est devenue source d’ennui pour les populations environnantes et représentent une sérieuse menace pour l’environnement.

Au quotidien, environs 100 bœufs sont égorgés en vue de ravitailler la ville de Ngaoundéré en viande pour consommation. Seulement, l’abattoir principal de la ville de Ngaoundéré est des plus insalubres du fait des déchets qui s’y trouvent. Selon Oumarou Sanda, l’un des bouchers en service à l’abattoir de Ngaoundéré, cette situation résulte du fait que, les conditions élémentaires d’hygiène ne sont plus respectées. « Quand nous abattons les animaux, une importante quantité d’excréments et des déchets organiques  se déversent dans le cours d’eau situé à l’arrière de l’abattoir. Malheureusement, relate Oumarou Sanda, les populations environnantes se servent parfois de cette eau pour certains travaux domestiques à l’instar de la cuisine, la lessive et voire la consommation indirecte via les puits et les forages qui sont aux alentours de l’abattoir ». Pire encore, explique-t-il, « c’est une zone dont l’affluence prend des proportions inquiétantes au regard du nombre des personnes qui habitent les alentours de l’abattoir».


Outre les menaces pour la santé des populations, ces déchets qui émanent de l’abattoir de Ngaoundéré sont nocifs pour l’environnement local. En effet, le cours d’eau a cédé la place aux marées vertes.  Les experts environnementaux à la délégation régionale de l’environnement et de la protection de la nature tirent la sonnette d’alarme quant à cette situation catastrophique. « Depuis quelques années, on observe dans cette rivière proche de l’abattoir un phénomène connu sous le nom de marées vertes autrement  appelées eutrophisation ou pollution de l’écosystème aquatique. Ces marées vertes ont pour conséquence directe la destruction des végétaux qui deviennent par ricochet des apports nutritifs pour les bactéries qui se multiplient et consomment le dioxygène dissous dans l’eau. De nombreux animaux aquatiques finissent par disparaître », affirme Saidou Sidiki, Délégué Régional de l’Environnement et de la Protection de la nature de l’Adamaoua.

A Baladji 2, le triptyque, air, sol, eau est menacé du fait des déchets toxiques. L’espace jadis verdoyant affiche une mine triste. Fort de ce constat, les autorités de la région ont tenu une réunion de crise présidée par le gouverneur de la région  en vue de sensibiliser les acteurs de la filière bovine sur l’urgence d’assainir l’abattoir de Ngaoundéré. « Le visage lugubre que présente la ville de Ngaoundéré doit changer. Pour ce faire, nous allons employer tous les moyens dont nous disposons pour changer la donne » a martelé Kildadi Boukar, le Gouverneur de la Région de l’Adamaoua au sortir de ladite réunion.

Par: Fabrice Beloko Poro, journaliste communautaire  

Radio Sawtu Ngeendam, région de l'Adamaoua,

Pour Green Alert Network.

Juin 2016

Voir aussi:

Dans l'actualité

Nos Correspondants

NOUS SUIVRE

joomla social share plugin

Nos partenaires

Rapports d'activités

Newsletter

Rester plus près de l'actualité environnementale avec Green Alert Network!

Nos Journées Mondiales

décembre

  • 05 décembre : Journée mondiale des sols
  • 11 décembre : Journée internationale de la Montagne

ONG News

No result...

     RADIOS PARTENAIRES MEMBRES DE GREEN ALERT