Région Adamaoua : l’insalubrité devient-elle une fatalité au Cameroun?

Les ordures trainent sans cesse dans les villes de la région de l’Adamaoua, malgré les efforts que fournissent les administrateurs communaux.

Le problème d’insalubrité devient de plus de plus alarmant dans les villes de Meiganga et Ngaoundal. D’une part la population a un très grand rôle à jouer en termes d’adoption d’un comportement Eco favorable. D’autre part la commune devra redoubler d’effort pour une gestion durable des déchets dans ces zones sus citées. «  Je ne comprends pas pourquoi les gens versent les  ordures en route » s’exprime un résidant de Meiganga. Il insiste qu’il ne peut plus ramasser les ordures qui jonchent l’entrée de son domicile. Ceux qui adoptent ces attitudes se plaignent à leur tour « Vous voulez qu’on fasse comment, il n’y a pas de bacs à ordures. Nous sommes donc obligés de jeter les ordures en route ».

La situation dans les autres quartiers de la ville, n’est guère reluisante. La commune, qui doit s’occuper de la gestion des ordures est comme débordée. Elle fait du mieux  qu’elle peut pour rendre la ville propre. Dans le service d’hygiène et de salubrité de la mairie, un programme de ramassage d’ordures a été arrêté par le maire Aboubakar Kombo. « Le ramassage des ordures se fait les lundis et les jeudis dans les marchés. Nous avons acheté près de 500 bacs à ordures, que nous avons placées dans les endroits stratégiques pour permettre à la population de verser les ordures, et faciliter la collecte. Une fois les bacs remplis, un camion benne transporte les ordures pour les déverser dans un endroit éloigné de la ville », explique le maire de Meiganga. Le camion appartient à un privé. La commune le loue à 300.000 FCFA à chaque sortie. Malgré ses efforts, le résultat ne suit pas. La ville est toujours presque insalubre. Le trottoir et la chaussée sont plus ou moins propres, mais dans les quartiers, c’est un visage triste qui s’affiche.

Par ailleurs, Le visage de Ngaoundal est plus sombre que celui de Meiganga. Ses rues sont jonchées et recouverte d’ordures plastiques. Dans les quartiers, les dépotoirs plats ont été formés par les habitants. Les bacs à ordures sont invisibles. Les populations  se débrouillent comme elles peuvent pour se débarrasser des ordures. L’astuce ici,  « c’est de faire comme au village, jeter les ordures ménagères derrière la maison, pour en faire le fumier plus tard »,  explique une mère au foyer.

La gestion des ordures dans les petites villes devrait pourtant être plus aisée. La population n’étant pas très nombreuse et les ordures peu abondantes. Pour Adjia Norbert responsable à la commune de Dir ; « le problème des petite villes,  c’est la mentalité ».  Et pour lui, la sensibilisation des masses  est le meilleur moyen pour changer les mentalités des gens.

Par Beloko Fabrice, journaliste communautaire,

Radio Sawtu Linjiila, région de l'Adamoua

Pour Green Alert Network

Août 2017

Dans l'actualité

Nos Correspondants

NOUS SUIVRE

joomla social share plugin

Nos partenaires

Rapports d'activités

Newsletter

Rester plus près de l'actualité environnementale avec Green Alert Network!

Nos Journées Mondiales

décembre

  • 05 décembre : Journée mondiale des sols
  • 11 décembre : Journée internationale de la Montagne

ONG News

No result...

     RADIOS PARTENAIRES MEMBRES DE GREEN ALERT