REGION DE L'OUEST -- compostage des ordures à Dschang: quand une solution environnementale expose les riverains à la pollution, … il y a urgence

Les travaux de compostage des déchets urbains au quartier Ngui dans la ville de Dschang, Ouest-Cameroun exposent progressivement les riverains aux maladies liées à l’insalubrité et à la pollution.

Ngui, l’un des quartiers les plus peuplés de la ville de Dschang, devient depuis un certain temps  invivable. Son atmosphère est fortement polluée par une activité à l’origine louable mais qui au fil du temps devient plutôt nocive. Il s’agit du traitement des déchets urbains, choisi par la municipalité de la place dans le cadre de sa politique d’assainissement. Cette politique a mis sur pied un projet dont le but est de débarrasser la ville des déchets en les transformant en compost. En outre, Ce site créé en 2010 est de nos jours inapproprié à cause de l’accroissement des populations qui vivent aux alentours. Il faut également noter que pour la plupart, certaines personnes habitaient aux environs du site avant l’arrivée du projet. Il se trouve que présentement, ce projet de compostage des déchets solides génère plus d’inconvénients que d’avantages. En effet, les déchets qui jonchent les chaussées obstruent les caniveaux de la route qui traverse la localité pour desservir les habitants de la zone, empêchent l’écoulement des eaux usées ou pluviales, etc.

Par ailleurs, le site se présente aujourd’hui comme un véritable calvaire qui engloutit les populations riveraines : des odeurs nauséabondes qui se propagent à des kilomètres, des insectes de tous ordres et des rongeurs de toutes les tailles campent dans les domiciles et les salles de classe environnante, un accès difficile dans les domiciles, des maladies épisodiques récurrentes. Certes, le traitement de déchets représente un réel enjeu pour la commune locale, mais il importe de délocaliser son site, afin d’assurer un environnement sain à la population. Un résident de cette localité s’exprime en ces termes : « Traiter ces déchets, c’est quelque chose d’innovant, mais traiter dans les narines des gens pour les tuer, ce n’est pas la peine. »

La politique gouvernementale relève ce défi en matière de protection de l’environnement. Notons au passage que le préambule de la constitution camerounaise consacre la reconnaissance du droit à un environnement sain en ces termes : « Toute personne a droit à un environnement sain. La protection de l’environnement est un devoir pour tous. L’Etat veille à la défense et la promotion de l’environnement ». Nul n’est sans ignorer que certains gaz nocifs, produits de ces déchets stockés  à proximité des habitats, sont des tueurs silencieux, sources des cancers de poumons, d’AVC…

N’y a-t-il pas urgence à délocaliser ce site ?

  Par : Franco-Mitchell SOBGOUM, journalist communautaire

 Radio YEMBA,Région de l’Ouest

Pour GREEN ALERT NETWORK

Juin 2016

  Voir contexte écologique des autres régions :

 

Dans l'actualité

Nos Correspondants

NOUS SUIVRE

joomla social share plugin

Nos partenaires

Rapports d'activités

Newsletter

Rester plus près de l'actualité environnementale avec Green Alert Network!

Nos Journées Mondiales

décembre

  • 05 décembre : Journée mondiale des sols
  • 11 décembre : Journée internationale de la Montagne

ONG News

No result...

     RADIOS PARTENAIRES MEMBRES DE GREEN ALERT