REGION DE L' ADAMAOUA

La région de l’Adamaoua, est localisée dans la zone de longitude 7°0'0" N et de latitude 13°0'0" E. Elle s’étend sur 63 701 km2 et compte cinq départements : Vina, Mbéré, Mayo-Banyo, Djérem, Faro-et-Déo. Selon le recensement général de la population de 2010, cette région compte 1 015 622 habitants, soit une densité de 15,9 habitants/km2. Cette population se compose de plusieurs groupes ethniques, à savoir : Foulbé, Mbororo, Haoussa, Gbaya, Ket aka, Koutine ou Péré, Tikar, Konja, Vouté ou Babouté, Mboum, Nyam-Nyam, Mambila, Wawa et Dourou ou Dii.

         Le relief est constitué de plateaux et de montagnes. L'altitude élevée de la région donne un climat relativement frais compris entre 22 et 25 degrés. Dans le sud de la région, le climat est équatorial de type guinéen avec quatre saisons : une longue saison sèche de décembre à mai, une petite saison humide de mai à juin, une petite saison sèche de juillet à octobre, et une longue saison des pluies d'octobre à novembre. Sur les plateaux de l'Adamaoua, le climat est de type tropical soudanien. Il y a seulement deux saisons : la période sèche va de novembre à avril puis vient la saison humide. Les précipitations moyennes annuelles varient de 900 mm à 1 500 mm et diminuent davantage au nord. Le troisième type de climat au sud-ouest de l'Adamaoua (département du Mayo-Banyo) est un climat équatorial de type camerounais. Les précipitations varient de 1 500 mm à 2 000 mm par avec une longue saison sèche suivie d'une longue saison des pluies. Le problème environnemental le plus cité est celui de la gestion des déchets. Ceci peut s’expliquer par le fait que dans toute la région, seule la ville de Ngaoundéré dispose d’un système de collecte d’ordures ménagères qui est fonctionnel en permanence. Dans les autres localités, malgré les efforts des communes dans l’acquisition du matériel pour la collecte des ordures ménagères, rares sont celles qui possèdent un système de collecte des déchets fonctionnel en permanence. Ainsi les cours d’eau, les galeries forestières sont transformés en dépotoirs d’ordures. Par exemple, à Meiganga, les populations déversent les ordures dans le cours d’eau qui traverse la ville.

        La déforestation constitue le deuxième problème environnemental de la région. Elle se manifeste par la destruction des galeries forestières qui se trouvent autour des savanes. En effet, les populations pour des besoins d’agriculture, d’élevage ou de bois de chauffe pour la cuisson ou la fabrication du charbon, se livrent à l’abattage des arbres. Cette activité constitue donc une importante pression sur les galeries forestières.

         Enfin le réchauffement climatique est cité aussi comme problème environnemental, pour la région de l’Adamaoua, surtout par certains spécialistes rencontrés. En effet, ces déclarations s’appuient sur les plaintes des populations, notamment les éleveurs et les agriculteurs qui déplorent l’irrégularité des pluies.

 Voir contexte écologique des autres régions

Dans l'actualité

Nos Correspondants

NOUS SUIVRE

Nos partenaires

Rapports d'activités

Newsletter

Rester plus près de l'actualité environnementale avec Green Alert Network!

Nos Journées Mondiales

décembre

  • 05 décembre : Journée mondiale des sols
  • 11 décembre : Journée internationale de la Montagne

ONG News

     RADIOS PARTENAIRES MEMBRES DE GREEN ALERT