REGION DE L’EST

    La région de l’Est avec ses 109 002 km2, est la plus vaste des dix régions qui constituent le Cameroun. En revanche, elle possède la plus faible densité de population (7,4 habitants/km2) avec 801 968 habitants (RGPH 2010). C’est une région majoritairement rurale (59% de ruraux) avec 333 646 habitants urbains et 468 322 habitants ruraux.

     Au Cameroun, la zone de forêt humide bimodale comprend les régions du Sud, de l’Est et du Centre. La région de l’Est est sous l’influence d’un climat équatorial classique qui présente quatre saisons dont deux sèches et deux pluvieuses. Les précipitations s’étalent tout au long de l’année avec deux pics en avril (150 mm) et en octobre (250,96 mm). Les précipitations moyennes annuelles sont de 1 471, 78 mm/an. La grande saison des pluies survient de mi-août à mi-novembre alors que la petite va de mi-mars à mi-juin. La grande saison sèche va de mi-novembre à mi-mars et la petite saison sèche va de mi-juin à mi-août. Les moyennes mensuelles de température varient de 21,94°C (juillet) à 20,56 °C (janvier). Le relief est peu accentué Les problèmes environnementaux incluent : la surexploitation des produits forestiers, la déforestation, les inondations, les feux de brousse, la dégradation des sols, la pollution de l’air et de l’eau.

          Comme dans toutes les régions du Cameroun, la faiblesse des réseaux urbains et la mauvaise gestion des déchets entraînent des pollutions et ont un impact sur la santé des populations. Ces dernières ont une conscience environnementale très faible et déversent régulièrement leurs déchets ménagers dans les drains et les caniveaux qui se retrouvent régulièrement bouchés et posent d’énormes problèmes en période de montée des eaux A Bertoua par exemple, la ville est pratiquement cernée par de vastes marécages dont les lits constituent des dépotoirs d’ordures pour les populations riveraines ou de lieux de lavage des véhicules et camions.

          L’exploitation minière non contrôlée entraîne une dégradation des sols et des sous-sols. Sur environ vingt-cinq titres d’exploitation minière semi-industrielle en activité dans la région de l’Est, seuls trois titres ont réalisé leur étude d’impact environnemental et social et disposent d’un Plan de Gestion Environnementale et Sociale. La restauration des sites après exploitation minière est très peu pratiquée et se limite, lorsque c’est le cas, au remblaiement des tranchées. L’exploitation de l’or alluvionnaire le long des cours d’eau est celle qui crée des impacts considérables sur la qualité de l’eau et détruit par conséquent le biotope de la faune aquatique.

          La mauvaise circulation de l’information entre la délégation régionale du MINMIDT à l’Est et le niveau central pose aussi des problèmes en termes de zonage et de superposition des titres. A titre d’exemple, en 2012, seulement 692 autorisations d’exploitation artisanale ont été reçues au MINMIDT à Yaoundé, alors que 1657 autorisations avaient été octroyées.

          La pratique systématique des feux de brousse pour les pâturages lorsque l’on remonte au-delà de Bertoua et l’agriculture sur brûlis ont également des impacts négatifs sur l’environnement. Les feux de brousse des agriculteurs et des éleveurs constituent un facteur important de déforestation et de perte de la biodiversité. Ce phénomène est accentué ces derniers temps par une ruée des populations vers l’agriculture et la migration climatique des troupeaux de bétail venant de la partie nord du pays. L’utilisation incontrôlée et abusive des engrais et des pesticides représente une menace pour la biodiversité et les hommes. Du fait de ces pratiques agropastorales, les espèces envahissantes (chromolaena, imperata, etc.) colonisent les champs et les pâturages et en réduisent leur productivité et rendement.

Voir contexte écologique des autres régions :

 

Dans l'actualité

Nos Correspondants

NOUS SUIVRE

Nos partenaires

Rapports d'activités

Newsletter

Rester plus près de l'actualité environnementale avec Green Alert Network!

Nos Journées Mondiales

décembre

  • 05 décembre : Journée mondiale des sols
  • 11 décembre : Journée internationale de la Montagne

ONG News

     RADIOS PARTENAIRES MEMBRES DE GREEN ALERT